Unspoken Cinema 2012 banner

Friday, December 31, 2010

Temps respecté (Martin)

[..] Mais on peut au contraire vouloir exprimer la permanence du temps, mettre l'accent sur le temps qui dure en accentuant les moments où il ne se passe pratiquement rien mais où la durée est intensément vécue : on aura alors recours à divers procédés [..] En définitive, donc, le meilleur procédé d'expression de la durée intuitivement vécue, c'est le montage.
La lenteur du montage (c'est-à-dire l'utilisation de plans longs et très longs) est le moyen le plus efficace de faire ressentir la stagnation du temps, la durée, et cela de façon non consciente (étant donné qu'aucun truc technique ne vient essayer de représenter cette durée) : or il est clair, depuis Bergson, que notre saisie de la durée est intuitive et que ce que nous percevons consciemment n'est que le système de référence temporel à la fois rationalisé et socialisé, dans lequel nous vivons.

  1. Temps condensé (continuité causal unique et linéaire, suppression des temps faibles de l'action)
  2. Temps respecté (déroulement temporel dans son intégralité)
  3. Temps aboli
  4. Temps bouleversé (flashback)
Le langage cinématographique, 1955, Marcel Martin
Voir aussi:

No comments: