Unspoken Cinema 2012 banner

Tuesday, January 24, 2012

Café Lumière (Sabouraud)

Tokyo, de nos jours. Un quartier résidentiel où circulent les tramways. Yoko revient d'un séjour à Taïwan, elle va voir une librairie dans le quartier des bouquinistes. Hajime, un garçon silencieux qui aime enregistrer le bruit des trains traversant la ville, dirige la boutique. Après le divorce de ses parents, Yoko a été élevée par son oncle au nord du pays. Aujourd'hui, elle reprend contact avec son père et sa nouvelle épouse. Choisi et présenté par Frédéric Sabouraud

« Quand je tournais Les Garçons de Fengkuei, mon assistant m'a prêté trois cassettes de films d'Ozu. Je devais être trop jeune, je n'avais pas accroché. Je me suis endormi avant la fin, je n'ai pas insisté. Plus tard, à l'époque d'Un temps pour vivre, un temps pour mourir, je suis allé à Paris pour rencontrer Marco Müller. Il m'a parlé d'un film à voir, Gosses de Tokyo. J'ai trouvé ce film splendide ! […] À cette époque, ses films sont très vivants. Ils traitent des petites choses du quotidien, du "goût de la vie", comme on dit.
[…] Je ne connaissais ni le quotidien ni les préoccupations des Japonais. Mais j'étais prêt à relever ce défi passionnant. Et puis je m'étais souvent rendu au Japon, je m'étais documenté.
[…] J'ai d'abord construit mon récit à partir d'histoires rapportées par des amis et de ce que j'avais lu dans les journaux. Pour préparer le tournage, je me suis simplement procuré un plan de Tokyo avec les réseaux ferroviaires.
[…] Sur les voies publiques des villes, certaines parcelles appartiennent aux immeubles privés. Il y est interdit de planter sa caméra. […] Alors, quand nos acteurs étaient prêts, on sortait la caméra, on filmait et on remballait avant de vite reculer sur la voie publique. »
Hou Hsiao-hsien, propos extraits du film de Harold Manning Métro Lumière (59´), complément du coffret DVD édité par Diaphana

Lire aussi :

No comments: