Unspoken Cinema 2012 banner

Friday, October 12, 2007

Prix L'Age D'Or

Via David Bordwell's blog (October 24th, 2006) :

The Belgian Cinematheque awards in an annual international competition, a prize to films that challenge and disturb accepted notions of cinema.

Dans l’esprit de Jacques Ledoux, cette redéfinition du Prix correspondait à une préoccupation précise, à laquelle n’est pas étranger le contexte de Mai ’68. Le cinéma était, en effet, alors « engagé », et dans les films de combat, le propos l’emportait sur l’écriture cinématographique. C’est précisément contre cela que s’insurgeait Jacques Ledoux, contre cette désinvolture et ce dédain à l’encontre du langage cinématographique, convaincu qu’il était qu’une écriture négligée, académique, conventionnelle, ne pouvait que déforcer, voire trahir, un propos révolutionnaire et subversif. L’Âge d’Or de Buñuel était pour Ledoux, l’exemple type d’un film dont le langage novateur rendait plus percutante encore la subversion du propos. (...)

Établie en 1973, cette première définition allait ensuite connaître quelques modifications, le texte actuel ayant été rédigé en 1987, et se présentant comme suit : « ce prix est attribué, en hommage à l’œuvre célèbre de Luis Buñuel, dans le souci d’encourager la diffusion de films qui, par l’originalité, la singularité de leur propos et de leur écriture, s’écartent délibérément des conformismes cinématographiques ». Ce texte adapté, où les termes « révolutionnaire » et « poétique » ont fait place aux mots « originalité » et « singularité », fut l’objet de discussions nombreuses et animées entre Jacques Ledoux et Réné Micha qui, des années durant fut le Président du Prix Jury de l’Âge d’Or. Il reflète les évolutions parallèles des mentalités et du cinéma.
Tout cela n’enlève rien à ce qui demeure la vertu essentielle du Prix et son incontestable originalité : il s’agit d’une compétition à vocation esthétique et philosophique. Le Prix de l’Âge d’Or ne couronne pas le meilleur film, les meilleurs acteurs ni même la meilleure mise en scène : il couronne un film de qualité qui se veut différent, qui sort délibérément des sentiers battus du cinéma. Dans les meilleurs des cas, les films lauréats dérogent aux règles établies à la fois par leur propos et par leur écriture

The winners of Prix de l’Âge d’Or (since 1958) seem to come close to our C.C. trend, so that's a festival we want to follow closely :

  • 2007 : La influencia (2006/Pedro Aguilera/Spain/Mexico)
  • 2006 : Hamaca Paraguaya (2006/Paz Encina/Paraguay)
  • 2005 : Johanna (2005/Kornel Mundruczo/Hongrie)
  • 2004 : Los Muertos (2004/Lisandro Alonso/Argentine)
  • 2003 : Clément (2001/Emmanuelle Bercot/France)
  • 2002 : Japon (2002/Carlos Reygadas/Mexique)
  • 2000 : Eureka (2001/Shinji Aoyama/Japan)
  • 1999 : Khroustaliov, My Car (Alexei Guerman/Russia-France)
  • 1998 : Xiao Wu (Jia Zhang Ke/China)
  • 1997 : Witman Fiuk (Janos Szasz/Hungary)
  • 1996 : A Comedia De Deus (João César Monteiro/Portugal)
  • 1994 : Satantango (1994/Béla Tarr/Hungary)
  • 1993 : Kitchen (Yoshimitsu Morita/Japan)
  • 1992 : Sangatsu No Raion / March comes in like a lion (Hitoshi Yazaki/Japan)
  • 1991 : Edward II (Derek Jarman/UK)
  • 1990 : Caidos Del Cielo (Francisco Lombardi/Peru-Spain)
  • 1989 : Near Death (Frederick Wiseman/USA)
  • 1988 : Os Canibais (Manoel de Oliveira/Portugal)
  • 1987 : Ahjos De Arrabalde (Carlos Reichenbach/Brazil)
  • 1986 : Diapason (Jorge Polaco/Argentina)
  • 1985 : Le Soulier De Satin (1985/Manoel de Oliveira/Portugal-France)
  • 1984 : Utopia (Sohrab Shahid Saless/BRD)
  • 1983 : Eisenhans (Tankred Dorst/BRD)
  • 1982 : Outside In (Steve Dwoskin/UK)
  • 1981 : Caniche (Bigas Luna/Spain)
  • 1980 : Sauve Qui Peut (La Vie) (Jean-Luc Godard/France-Switzerland)
  • 1978 : Shirley Temple Story (Antoni Padros/Spain)
  • 1977 : Seishun No Satsujinsha (Kazuhiko Hasegawa/Japan)
  • 1976 : O Thiassos/The Travelling Players (Theo Angelopoulos/Greece)
  • 1975 : L’Expropiacion (Raul Ruiz/Chili)
  • 1974 : Les Contes Immoraux (Walerian Borowczyk/France)
  • 1973 : WR : Misterije Organizma (Dusan Makavejev/Yugoslavia)

Cinédécouvertes (since 1979) is the selection by this festival of difficult films in need of distribution aid :

  • 2007 : Mogari no mori / The Mourning Forest (2007/Naomi Kawase/Japan)
    + Hotel Very Welcome (2007/Sonja Heiss/Germany)
  • 2006 : Day night day night (2006/Julia Loktev/USA)
    + Sehnsucht (2006/Valeska Grisebach/Germany)
  • 2005 : Sangre (2005/Amat Escalente/Mexico)
    + Dumplings (2004/Fruit Chan/Hong Kong)
  • 2004 : Shiza / Schizo (2004/Guka Omarova/Kazakhstan)
    + Tropical Malady (2004/Apichatpong Weerasethakul/Thailand)
  • 2003 : Oasis (2002/Lee Chang-Dong/South Korea)
    + Shara (2003/Naomi Kawase/Japan)
  • 2002 : Japon (2002/Carlos Reygadas/Mexico)
  • also : Stranger than Paradise (Jarmusch), The Adjuster (Egoyan), Where is the friend's home? (Kiarostami), The Draughtman’s Contract (Peter Greenaway), L’Argent (Robert Bresson), Liquid Sky (Slava Tsukerman), She’s Gotta Have it (Spike Lee), Babettes Gaestebud (Gabriel Axel), The Element of Crime (Lars von Trier), El sur (Victor Erice), Distant Voices, Still Lives (Terence Davies)

No comments: